08/04/17 – « La révolution n’est pas un diner de gala ! » avec Charles Reeve

Sur le développement du capitalisme en Chine

0

Rencontre – débat, retour critique sur la Chine maoïste et la révolution culturelle

Le maoïsme a su séduire largement au cours des années 60 et 70. Des staliniens les plus autoritaires aux libertaires les plus autogestionnaires, en passant par les blacks panthers, ils sont nombreux à s’être revendiqués de cette forme spécifique de capitalisme d’État. Le mouvement maoïste a gagné à sa cause une frange non négligeable de la gauche grâce à sa radicalité, sa prose martiale et son esthétisme. Mais le romantisme a vite cédé la place au désenchantement face à la dure réalité des massacres et des famines qui ont ensanglanté le règne de Mao Tse Tong. L’agitation qui a secoué la france au printemps dernier suite à la loi travail a toutefois vu un retour relatif sur le devant de la scène de ce courant, y compris chez les militant-es les plus jeunes. 
Loin des caricatures qu’elles proviennent des défenseurs des « démocraties libérales » occidentales ou des adeptes du petit livre rouge – nous souhaitons repartir de l’historique de  la « révolution » chinoise, de ses fondements théoriques et pratiques et de ses implications afin de mieux comprendre la situation en Chine actuellement. 
Nous reviendrons particulièrement sur la révolution culturelle, sur son contexte et les objectifs poursuivis à l’époque par Mao. Si cette période charnière est la plus connue, c’est également la plus complexe et celle qui suscite le plus de fantasmes. Comment une telle manipulation de la classe  prolétaire et des étudiants a pu être possible ? Si elle s’est concrétisée par la « liquidation » de la vielle garde bureaucratique, qui faisait de l’ombre au « grand timonier », nous pouvons aussi supposer que des perspectives intéressantes auraient pu s’ouvrir à l’image de la Commune de Shanghai. Mais l’armée est venu sonner le glas des espoirs révolutionnaires en reprenant violemment la main sur les événements. Dans ces conditions, comment expliquer l’aveuglement d’une grande partie de l’extrême gauche mondiale au regard de la situation sur place ? Enfin, nous discuterons du rôle joué par le prestige et les conséquences de la révolution culturelle dans la répression et les restructurations qu’ont connu la Chine jusqu’à aujourd’hui
 
 Le samedi 8 avril à 17H00, en présence de Charles Reeve, auteur de nombreux ouvrages sur la Chine maoïste et actuelle, tel que China Blues – Voyage au pays de l’harmonie précaire, (éditions Verticales, 2008),  Bureaucratie céleste, bagnes et business  (L’Insomniaque, 1997), écrit avec Hsi Hsuan-Wou, Le Tigre de papier : sur le développement du capitalisme en Chine, 1949-1971.  (Spartacus, 1972)
Au local « jusqu’ici », 169 Grande rue de la Guillotière Lyon 7ème (métro Garibaldi).
 
Les mots qui font peurLe tigre de papierChina Blues

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here