Conférence-Débat L’oppression des femmes hier et aujourd’hui… Pour en finir demain !

0
Jeudi 16 décembre 2010 à 18h30
à l’université Lyon 2 des Quais
4 bis rue de l’université 69007 Lyon

Aujourd’hui, en France et dans le monde, les femmes sont sou­vent dans des posi­tions socia­les et économiques désa­van­ta­geu­ses vis-à-vis de l’autre moitié de l’huma­nité. Par exem­ple, en France, les femmes subis­sent davan­tage la pré­ca­rité au tra­vail et sont très sou­vent sous-payées par rap­port aux hommes. Elles sont aussi gra­ve­ment vic­ti­mes de vio­lence phy­si­que et psy­cho­lo­gi­que dans toutes les clas­ses socia­les. Sans parler du sexisme, expli­cite ou sour­nois, dont les traces per­sis­tent avec le temps, appa­rais­sant pour beau­coup comme une bana­lité, pas si grave au fond ! Nous obser­vons aussi depuis quel­ques années une cer­taine remise en cause des acquis sociaux de la lutte des femmes, comme par exem­ple la remise en cause actuelle du droit à l’avor­te­ment et le déman­tè­le­ment des plan­ning fami­liaux.

Quelles sont les causes de cette subor­di­na­tion ? Nous détour­nant des causes « natu­rel­les » de cette domi­na­tion, il nous semble plus per­ti­nent de les cher­cher dans les condi­tions de vie maté­riel­les des indi­vi­dus. Alors, le capi­ta­lisme et l’appa­ri­tion de la pro­priété privée sont-ils res­pon­sa­bles de cet état de fait ? Ou en a-t-il tou­jours été ainsi, de tous temps et en tou lieux, dans des socié­tés pré-capi­ta­lis­tes ? Autrement dit, trouve-t-on dans l’espace et dans l’Histoire, des socié­tés dans les­quel­les les femmes auraient eu une posi­tion domi­nante au coeur de socié­tés matriar­ca­les ? Ou, mieux encore, a-t-on connais­sance de socié­tés où femmes et hommes vivent de manière égalitaire ?

Christophe Darmengeat, au regard des connais­san­ces engran­gées par l’anthro­po­lo­gie, nous ques­tionne en dis­cu­tant la thèse de Friedrich Engels dans L’Origine de la famille, de la pro­priété privée et de l’État, et des théo­ri­cien-ne-s fémi­nis­tes qui ont appuyé, coute que coute, ses conclu­sions défen­dant l’idée que l’appa­ri­tion de la domi­na­tion mas­cu­line est liée à l’ins­tau­ra­tion de la pro­priété privée.

En plus de nous livrer un savoir extrê­me­ment riche sur la très grande variété des orga­ni­sa­tions socia­les et de nous donner des armes théo­ri­ques pour appré­hen­der d’une manière en partie nou­velle les luttes de libé­ra­tion de la femme et de l’huma­nité, Christophe Darmengeat nous rap­pelle, s’il le fal­lait, que le marxisme est davan­tage une méthode pour com­pren­dre et agir sur le monde qu’un dogme figé.

Table Rase (Association marxiste d’échanges et de débats)

asso.tablerase@gmail.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here